SANTE

Principales maladies et affections

 

Le chat a une température qui se situe normalement entre 38 et 39°C et un rythme cardiaque qui est de l’ordre de 200 ± 40 pulsations/minute (on peut « sentir » le pouls sur la face interne des pattes arrière.

Le tableau synthétique ci-dessous recense, de façon non exhaustive, les maladies et affections les plus courantes.

 

 
Maladies

 
Vecteurs


Symptômes

 
Conduite à tenir

Maladies respiratoires félines (coryza type 1 et 2: herpés-virose ou calcivirose)

Virus, fortement contagieuses

Éternuement, écoulement nasal et oculaire, peuvent devenir chroniques

Consulter absolument votre vétérinaire
(il existe un vaccin)

Typhus ou Panleucopénie féline (coryza type 3)

Virus, très contagieuse

État général fortement affaibli, déshydratation et fièvre, vomissements et diarrhées

Consulter absolument votre vétérinaire
(il existe un vaccin)

Leucémie féline (FeLV)

Virus, contagieuse

Fièvre, faiblesse, vomissements, diarrhée, modification des yeux, éventuellement. défaillance hépatique/ rénale

Consulter absolument votre vétérinaire (la maladie est considérée comme incurable)

Leucose ou sida du chat (FIV)

Infection virale, contagieuse

Signes cliniques variés, détérioration du système immunitaire, formation de tumeurs, signes cliniques variès

Consulter absolument votre vétérinaire (la maladie est considérée comme incurable)
(vaccination possible)

Péritonite infectieuse féline (PIF)

Virus, contagieuse

Poussée de fièvre, perte d'appétit, apathie. Deux formes possibles. Forme « humide »: péritonite ou pleurésie (ventre plus gros); forme « sèche »: atteinte de divers organes. Diagnostic difficile

Consulter votre vétérinaire, incurable
(vaccination ? possible dans certains pays mais pas en France)

Rage

Virus

Selon la forme (« paralytique » ou « furieuse »), paralysie de la machoire, salivation ou excitation, agressivité, difficulté à se mouvoir, paralysie et salivation

Consulter d’urgence votre vétérinaire…
Maladie mortelle et transmissible à l’homme
(il existe un vaccin)

Diarrhée, constipation

Variés, par exemple: infections, parasites intestinaux, maladie hépatique

Lors de diarrhée réduire la nourriture, passage de la viande poulet au riz en plusieurs petites portions, yogourt nature, fromage

Visite chez votre vétérinaire s'il n'y a pas d'amélioration

Parasites internes

Surtout les ascarides et les vers solitaires

Amaigrissement, diarrhée, ventre ballonné, poil  ébouriffé

Vermifuge, visite chez votre vétérinaire s'il n'y a pas d'amélioration

Acariens des oreilles

Acariens

Secoue la tête, les oreilles, position de la tête éventuellement. inclinée, grattement de l'oreille, dans l'oreille matériel brun noir typique

Visite chez votre vétérinaire

Gale féline

Acariens

Fortes démangeaisons, perte de poils, formation de croûtes, pèle, commence aux oreilles/ tête

Visite chez votre vétérinaire

Infestation de puces

Puces

Démangeaisons, inflammations et infections (les puces sont porteuses du ver solitaire)

Traitement anti-parasitaire, visite chez votre vétérinaire si l’infestation persiste

Blessures

Accidents domestique, de voiture, agression par congénère ou autre animal

Plaies saignantes et sclérosées, fractures, hémorragie externe ou interne

En fonction de la blessure ou du type d’accident, consulter votre vétérinaire ( ! précautions à prendre lors du transport)

 

A la vue de ce tableau, on peut noter l’importance de la vaccination car de nombreuses maladies sont très difficiles à soigner.

Les causes principales de décès sont liées aux maladies infectieuses et génétiques, mais aussi aux accidents domestiques. Ces derniers couvrent les ingestions de produits ménagers et/ou de plantes toxiques, les chutes depuis un étage (penser au filet de protection !) et éventuellement pour les chats qui sortent régulièrement (peu fréquent pour le Maine Coon) ou qui s’échappent, les accidents de voiture.

 

 

MALADIES GENETIQUES

HCM / CMH : Hypertrophie cardiomyopathique / Cardiomyopathie hypertrophique

C'est une maladie héréditaire qui affecte le cœur, et sans doute celle dont on parle le plus... jusqu'à en faire parfois "la maladie héréditaire du Maine Coon", revers de médaille du fait que l'HCM chez le Maine Coon a fait l'objet de recherches très approfondies, et qu'il s'agit de la seule race dont une cause génétique de cette maladie est aujourd'hui identifiée.
Il est important de garder à l'esprit que l'HCM ne concerne pas seulement le Maine Coon... mais le chat en général (d'autres races sont concernées par le problème, mais tout comme le bon vieux chat de gouttière -- de façon générale, un chat sur 5 est touché par des problèmes cardiaques au cours de sa vie, et l'HCM est la pathologie cardiaque la plus fréquente chez le chat tout court).

L'HCM consiste en un épaississement des parois du cœur, ce qui demande à celui-ci davantage d'effort pour se contracter et le fatigue.

L'HCM est transmise sur un mode dominant. C'est une maladie très insidieuse car elle est évolutive : les chats qui en sont porteurs ne l'expriment pas à la naissance, mais la développent au cours de leur vie, avec des rythmes de progression, des niveaux de sévérité et des âges d'apparition très variables.

Deux moyens complémentaires existent pour en réduire l'incidence : l'échographie et un test ADN pour une forme d'HCM caractérisée.

PKD / MPR : Polykystose rénale / Maladie polykystique rénale

La polykystose rénale est une maladie des reins, sur lesquels se développent des kystes. Elle concerne les Persans, et les races apparentées. Le Maine Coon a très peu de "sang Persan", et l'incidence de cette maladie est relativement faible (mais pas nulle, d'où la vigilance à son égard).

De façon générale, les reins sont un organe fragile chez le chat.

Le principal moyen pour détecter un problème rénal est l'échographie.

SMA : Atrophie musculaire spinale / Amyotrophie spinale

L'atrophie musculaire spinale est une maladie neurologique, qui entraîne une paralysie de l'arrière-train (sans douleur pour le chat, un peu comme une anesthésie).

L'amyotrophie spinale se transmet sur un mode récessif, c'est-à-dire que même si un chat a un exemplaire du gène muté, il n'exprime pas les symptômes de cette maladie.

Un test ADN permet très facilement d'identifier les porteurs de cette maladie, malheureusement souvent méconnue.

Les différents "tests de dépistage", leurs possibilités et leurs limites

Les tests de dépistage fournissent des informations cruciales et participent à la prévention de l'apparition des maladies génétiques connues et à la réduction de leur fréquence, mais dans le même temps, aucun ne constitue une "garantie à 100%".

 

Moyens disponibles

Objectif

Limites

Remarque

Echocardiographie

Observer le cœur pour voir si ses parois présentent un épaississement ou une anomalie

- L'HCM étant une maladie évolutive, l'échographie n'est pas réalisée "une fois pour toutes", mais doit être renouvelée pour vérifier qu'il n'y a pas eu de modification de l'état du cœur.
Aussi, l'échographie donne une "photo" de l'état du cœur uniquement au moment de l'examen
- Par définition, l'échographie ne détecte les symptômes de la maladie qu'une fois celle-ci déclarée. Cela peut être tardif.

Echographie et test ADN ne se substituent pas l'un à l'autre : ils sont complémentaires et indissociables.

Test ADN HCM1 (mutation du gène MyBPC3)

Identifier la présence d'un.e cause d'HCM avant l'apparition de symptômes

Le test ADN n'identifie pas toutes les causes d'HCM, seulement une, et on sait qu'il en existe au moins une autre.

 

La stérilisation précoce

La stérilisation précoce consiste à neutrer un chat avant qu'il n'atteigne la puberté, c'est-à-dire entre 2 mois et 6 mois, au lieu des "traditionnels" 6-7 mois.

Cette pratique a plus de 25 ans de recul aux Etats-Unis.

Les avantages de la stérilisation précoce

Ils sont les mêmes que ceux de la stérilisation tout court, bien sûr.

... Mais en prime...

La récupération post-opératoire du chaton est plus rapide que pour le jeune chat de 6-7 mois : douleur post-opératoire et stress sont réduits pour lui. La cicatrisation est également plus rapide.
Les risques liés à l'anesthésie ne sont ni plus ni moins élevés si la stérilisation est réalisée précocement. Les testicules des mâles apparaissent même être plus aisées à retirer de manière précoce.

Pour le propriétaire, adopter un chat déjà stérilisé est aussi un stress (et un coût) en moins : plus besoin de s'en préoccuper, c'est déjà fait ! De plus, l'examen préliminaire approfondi nécessaire à l'opération lui assure d'autant plus que le chaton qu'il accueille est en parfait état de santé (sans parasites, etc).

Un chat stérilisé précocément ne développera aucun schéma comportemental de reproduction (distanciation aux humains, marquage, ...). N'ayant jamais eu de stimulations hormonales sexuelles, il n'en connaîtra tout simplement jamais les impératifs (et ses adoptant n'en verront jamais les inconvénients...).

Dans le même ordre d'idée (absence de stimulation hormonale), plus la stérilisation est pratiquée tôt -- surtout avant les premières chaleurs, plus les risques de tumeurs mammaires sont réduits chez les femelles.

Enfin, le chat n'ayant pas connu l'effet inhibiteur d'appétit des hormones, il y a moins de chance que son comportement alimentaire varie fortement après l'opération.

Stérilisation précoce et questions fréquentes

Stérilisation précoce et croissance

Une inquiétude fréquente regardant la stérilisation précoce est qu'elle ralentisse/minimise la croissance du chat. En fait, les chats stérilisés précocément (comme d'ailleurs les chats stérisés vers 6-7 mois) tendent à être légèrement plus grands, car leur croissance dure un peu plus longtemps (les hormones sexuelles favorisent la fermeture des cartilages de croissance, ce qui met un terme à la croissance des os longs ; chez les chats neutrés, ce phénomène est décalé de quelques mois).

Stérilisation précoce et risques de fracture

Du fait de ce phénomène de retardement de la fermeture des cartilages de croissance, une autre inquiétude fréquente est que les chats stérilisés précocément soient plus en proie à des fractures.
Ce risque existe, mais il est extrêmement faible (il existe aussi pour les petits humains avant la fermeture de leurs cartilages de croissance vers 15-16 ans, et ce n'est pas comme si c'était un sujet d'angoisse parentale majeur!). Il n'est pas plus élevé pour les chats stérilisés précocément que chez ceux stérilisés vers 6-7 mois ou même un an, le décalage dans la fermeture des cartilages de croissance induit par la stérilisation étant le même que le chat soit neutré précocément ou au début de la puberté.

A vrai dire, pour éviter totalement ce risque (qui est faible, insistons), il faudrait attendre la fermeture complète des cartilages pour la stérilisation, vers 18 mois (voire plus tard chez un Maine Coon). Mais il existe de toute façon également chez le chat entier jusqu'à leur fermeture (il est juste légèrement prolongé chez le neutre).

Stérilisation précoce et calculs urinaires

Des inquiétudes fréquentes concernent aussi le développement de l'urètre (le canal urinaire), notamment pour les mâles, et la prédisposition que cela pourrait entraîner à la formation de calculs et autres problèmes urinaires, chez les chats neutrés précocément. Si cela a été un objet de préoccupation de la communauté vétérinaire dans les années 1970-80, des études plus récentes viennent aujourd'hui montrer que le diamètre de l'urètre n'est pas modifié par la stérilisation.

 

RETOUR HAUT DE PAGE